Sein

Le sein ou la poitrine dans son ensemble, forme la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et surtout celle des mammifères qui englobe l'espèce humaine.



Catégories :

Caractère sexuel secondaire - Sein - Thorax

Recherche sur Google Images :


Source image : www.letraitdunion.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... sein est une femme qui a sans doute besoin d'un soutien psychologique qu'elle peut trouver au sein de ... (source : marocinfo)
Sein d'une femme enceinte

Le sein (du latin sinus, «courbure, sinuosité, pli») ou la poitrine dans son ensemble, forme la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et surtout celle des mammifères qui englobe l'espèce humaine. Dans ce dernier cas, ils sont la partie charnue localisée sur la face antérieure du thorax.

Le sein sert à désigner aussi chez les mammifères femelles (dont la femme), la mamelle qui contient la glande mammaire sécrétrice du lait pour permettre l'allaitement des jeunes bébés dès l'apparition. Chez les mammifères femelles domestiques, on les nomme des «pis».

Les seins sont plus visibles chez les femmes adultes car ils sont proéminents. Mais les humains de sexe masculin ont aussi des seins qui, quoique le plus souvent moindres, sont structurellement semblables (homologues) à la femme, car ils se développent embryologiquement à partir des mêmes tissus.

Cet article traite principalement du sein humain féminin et masculin. Pour les autres mammifères, voir les articles : Mamelle et glande mammaire.

Étymologie

Le mot vient du latin sinus, «courbure, sinuosité, pli», qui désignait surtout un pli de la toge recouvrant la poitrine. Son emploi au figuré l'a fait désigner la partie du corps correspondante. Mais on employait plutôt celui de mamma, «sein», et mamilla, «petit sein», d'où le mot en français : «mamelle». Aussi, mammicula désignait une «petite mamelle». C'est de là d'où vient le mot «mammifère» dont la caractéristique première est d'être pourvu de mamelles ou de seins pour l'être humain.

Le thésaurus argotique des mots sur les seins est important, au même titre qu'un caractère sexuel primaire.

Chez la femme

Profil de sein en pointe

Un réseau de canaux galactophores est présent à l'état rudimentaire chez les individus des deux sexes, de l'âge embryonnaire à l'âge adulte, mais seules les femmes, sous l'influence hormonale à partir de la puberté, le long des cycles et au cours de la grossesse et l'allaitement, développent la partie glandulaire.

Les seins contiennent les glandes lactogènes (ou glandes mammaires) qui deviennent actives en période d'allaitement et produisent le lait maternel dont se nourrit le bébé humain pendant les premiers mois de sa vie. Durant la période de lactation, le lait est sécrété par ces glandes mammaires et est déversé par des canaux scindés au niveau du mamelon.

L'essentiel du corps du sein est constitué de tissu adipeux. Les seins voient leur volume fluctuer selon différents paramètres tels que le cycle d'ovulation, la température ou l'excitation mais aussi durant la grossesse. La limite de l'aréole, sa pigmentation et son réseau glandulaire fluctuent avec la grossesse et l'allaitement. Le mamelon est érectile.

Outre sa fonction biologique d'origine de lactation, le sein féminin joue un rôle important dans la séduction, l'érotisme et la sexualité. C'est un caractère sexuel secondaire.


Anatomie

Schéma anatomique du sein
1.  Cage thoracique 2.  Muscles pectoraux 3.  Lobules 4.  Mamelon 5.  Aréole 6.  canaux galactophores 7.  Tissu adipeux 8.  Peau

Sur le plan superficiel, le sein est recouvert de peau (fascia superficialis) s'étendant sans limite nette jusqu'à la région mamelonaire, arrondie et pigmentée.

La peau de l'aréole a un aspect grenu car elle est parsemée de glandes cutanées et sébacées (glande de Morgani) qui s'hypertrophient à la grossesse et prennent alors le nom de tubercule de Montgomery. L'aréole est pourvue de fibres musculaires lisses, muscles sphinctériens périalvéolaires, qui contrôlent la fonction excrétrice du sein au moment de la lactation.

Le mamelon est la partie centrale et surélevée de l'aréole. Les canaux galactophores qui assurent l'évacuation des sécrétions lactées y débouchent par des pores scindés.


Sur le plan interne, le sein est principalement constitué d'un tissu conjonctif adipeux (les graisses) et de ligaments de Cooper. Le tissu glandulaire responsable de la production exocrine de lait ne représente qu'une faible proportion du volume mammaire.

La glande mammaire est constituée de lobes, scindés par des cloisons conjonctives, qui sont des ensembles de bourgeons glandulaires ou acini développés en période d'allaitement, drainés par des canaux galactophores pourvus vers leurs extrémités d'un sinus galactophore et débouchant scindément au niveau du mamelon.

Le sein est richement vascularisé.

Au niveau du dispositif lymphatique, le sein est divisé en 4 cadrans, 2 externes, 2 internes. Les cadrans externes sont drainés vers l'artère thoracique externe, le creux axillaire (ganglion de Sorgius) et le ganglion sus claviculaire. Les cadrans internes sont drainés sous le sternum par le ganglion intrathoracique puis le relais sus claviculaire.

Sur le plan profond, on distingue 3 muscles : le grand pectoral sur lequel glisse la glande mammaire, le petit pectoral et le sous-clavier.

Le sein est soutenu par la peau et un ligament suspenseur : la travée fibro-glandulaire. Au niveau inférieur, le sillon sous-mammaire est constitué par un épaississement de ces travées qui tire la peau en profondeur.

La limite supérieure d'implantation du sein se situe à la 2 ou 3e côte, sa limite inférieure entre la 6e ou 7e côte.

La présence éventuelle de plus de deux seins se nomme la polymastie.

Taille, forme et soutien

Les seins fluctuent à la fois en taille et en forme. Leur soutien se fait anatomiquement parlant, sur la totalité de la cage thoracique.

Taille
Femme à la plage allongée sur le ventre en dépit de sa poitrine conséquente.

Les seins fluctuent en taille. La taille de bonnet la plus petite est AA, ce qui correspond à une taille inférieure à un pouce, soit 2, 54 centimètres. Ce qui n'enlève pas la possibilité d'allaitement.

La possession de seins de fort volume suscite certaines gênes et demande certaines adaptations de la vie quotidienne.

Linsey Dawn McKenzie est connue mondialement pour avoir été la femme aux seins naturels les plus gros du monde. Tandis qu'elle était âgée de 12 ans, elle portait à l'époque un soutien-gorge d'une taille 34DD (selon les mesures britanniques) jusqu'à ses 15 ans, elle atteignit à l'âge de 17 ans une taille de 34GG. Sa taille finale fut 36HH mais est aujourd'hui de 36DD après intervention chirurgicale. Toujours en mesures britanniques.

Selon le magazine The People du Royaume-Uni, le record de la femme aux seins naturels les plus gros du monde serait une jeune femme âgée de 16 ans en 2005, Chlœ Rogers[1] : la taille atteindrait un titanesque 34KK, soit du 90P en taille française, soit 43, 18 cm (17 pouces comparez avec la diagonale de votre écran) de différence entre le tour de poitrine et le tour de la cage thoracique sous les seins, soutien-gorge compris. Ou un tour de la poitrine avec les seins compris, identique à 130 centimètres à peu près. Chacun des seins pèserait 4 à 4, 5 kg. Elle souffrirait d'un mal de dos chronique et cherche à diminuer la taille de ses seins par chirurgie plastique. Sa brassière est faite sur-mesure et coûterait £100 (environ 150 €) [2]. Rachel Aldana serait aussi notoire au Royaume-Uni pour une taille de seins de 32JJ.

Comme on peut le constater, la taille des seins naturels les plus gros du monde fait l'objet de parutions dans la presse people, en particulier au Royaume-Uni. Et comme les mesures européennes, américaines et anglaises changent, il n'est pas facile de faire les conversions. Dépassé une certaine mesure, il semble lorsque même que cette taille de seins s'avère plus un handicap physique pour ces jeunes femmes qu'un bienfait, même si cela peut leur attirer de la notoriété. Elles peuvent en tirer profit comme Linsey Dawn McKenzie, mais cette dernière a finalement cédé aux bienfaits de la chirurgie, pour tout simplement «alléger» son dos.

Forme et soutien
Paire de seins assez ronds et qui s'avancent presque horizontalement.

La forme générale du sein féminin est variable, le plus fréquemment conique arrondie. Ils peuvent être pointus, en forme «de poires» ou arrondis comme des «oranges», etc. Pourtant, leur aspect extérieur ne prédit pas de leur anatomie interne ou de leur potentiel d'allaitement. La forme des seins d'une femme dépend en grande partie de leur soutien, qui provient essentiellement des ligaments de Cooper, et la poitrine sous-jacente sur lesquels ils reposent. Le sein est rattachée à la base de la paroi thoracique par une aponévrose épaisse sur les muscles pectoraux. Sur sa face supérieure, légèrement de soutien lui est donné par la peau qui continue sur la partie supérieure du thorax. C'est cet appui qui détermine la forme des seins. Chez un petit nombre de femmes, les sinus frontaux lactifères (ou «ampoules») dans les seins ne sont pas alignés avec le tissu mammaire environnant, ce qui provoque un gonflement visible hors de la zone des sinus.

Sur le soutien des seins, il est utile d'établir une distinction entre les seins qui sont en dessous de la poitrine, et ceux qui ne le sont pas. Des seins arrondis et hauts saillent presque horizontalement à partir de la paroi thoracique. En début de développement pubertaire, l'ensemble des seins sont ainsi faits et une telle forme est fréquente chez les jeunes femmes et les filles. Les seins «portés hauts» ou proéminents sont ancrés sur la base de la poitrine, et leur poids est uniformément réparti sur la zone se trouvant à la base du dôme mammaire ou de la forme cônique des seins. Les seins «portés bas» ont une partie de leur poids soutenue par le thorax contre laquelle la partie inférieure du sein repose sur sa surface, et par un profond ancrage de sa base. Le poids est par conséquent distribué sur une plus grande superficie, ce qui a pour effet de diminuer la tension. Chez les hommes et les femmes, la cage thoracique descend en pente douce, progressivement vers l'extérieur de l'entrée du thorax (en haut du sternum), jusqu'aux plus bases côtes qui marquent sa limite inférieure, ce qui permet le soutien des seins.

Lingerie et maintien
Femme portant un strophium
Icône de détail Article détaillé : Soutien-gorge.

Le soutien-gorge, pièce de lingerie féminine est indissociable des seins de la femme moderne pour qu'ils ne s'affaissent pas. Il est un objet utilisé pour recouvrir et éviter que les seins ne tombent trop bas sur le bas de la cage thoracique. Les seins ont tendance à s'affaisser avec l'âge. Ainsi, avec un maintien ferme des seins tout au long de la vie, ils ne s'allongent pas, ceci étant un synonyme de beauté et de moindre gêne dans les mouvements. Certaines femmes de tribus africaines qui ne portent pas de maintien de ce type tiennent néenmoins en beauté le fait que les seins s'allongent. Le soutien-gorge moderne, remplaçant de l'ancien (et étouffant) corset est prévu pour être léger, pratique à mettre, ou alors sportif dans sa forme adaptée.

Comme le soutien-gorge est un sous-vêtement porté par la femme, il est un objet commun mais également de luxe raffiné (voir lingerie). Les méthodes de fabrication (usine, retouches à la main) mais aussi des matières entrant dans sa composition (coton, dentelle, élasthanne, lycra, polyamide, polyester, etc. ) sont multiples.

Ce type de vêtement existe depuis l'Antiquité et le Moyen Âge : les femmes utilisaient alors des systèmes pour soutenir leur poitrine : strophium, sangles, brassières, bandeaux, corsets et corselets.

Modifications

Exemple de sein tatoué

Dans le domaine de la chirurgie plastique, le sein peut être l'objet de modifications voulues comme l'introduction d'un implant mammaire sous les muscles pectoraux ou la réduction.

Ou il peut être l'objet de remplacement par un implant mammaire, suite à une mastectomie (c'est-à-dire l'ablation complète ou partielle, chirurgicale du sein), le plus fréquemment due à un cancer.

L'ornementation d'un piercing peut être pratiquée, surtout sur le mamelon. Ou par un tatouage temporaire ou définitif.

Pathologies

Les douleurs du sein sont désignées par le terme mastodynie.

Comme tout organe, le sein peut être affecté de pathologies :

Techniques médicales

La palpation peut être faite par le médecin ou par la patiente elle-même. En position debout, la main à plat explore chaque quadrant à la recherche d'une masse ou d'une irrégularité. La palpation se termine par la recherche de ganglions dans le creux axillaire.

La mammographie est un examen radiologique à faire toujours à partir d'un certain âge pour détecter les cancers du sein : le sein est coincé en sandwich entre une plaque photographique horizontale et le tube émetteur de rayons X.

L'échographie est un examen indolore et sans danger utilisant une sonde émettrice et réceptrice d'ultrasons. Il sert à compléter utilement la mammographie.

La thermographie est un examen indolore et sans danger, mesurant les différences de température locale du sein par l'intermédiaire d'une image infrarouge. Cet examen n'est plus pratiqué, car ses résultats ne sont ni assez fiables, ni suffisamment précis.

Fonction maternelle

Icône de détail Article détaillé : Allaitement.

Le sein permet l'allaitement des jeunes enfants dès l'apparition.

Attirance sexuelle
Icône de détail Article détaillé : Attirance sexuelle.

Les seins, caractère sexuel secondaire, forment dans les sociétés humaines un élément féminin de séduction extrêmement utilisé. Vus qualitativement par la cible avec une composante volumique, peut-être dominante, la poitrine féminine donne un indice de fécondité (dépendant du taux d'œstrogène/progestérone) pour le reproducteur. Si les poitrines généreuses sont un indice favorable, les petits seins le sont aussi avec certaines conditions anatomiques. L'utilisation de cet outil de séduction est plus ou moins aisé à mettre en œuvre sans enfreindre les règles de la bienséance, c'est-à-dire seulement par la mise en valeur de leur volume et de leur forme. Cette situation stimule un secteur lucratif dans le marché du sous-vêtement visant à apporter des soutiens-gorge valorisants tels les redresse-seins par exemple, ou alors dans le marché du vêtement moulant. Qui plus est , leur situation anatomique et leur statut de caractère sexuel secondaire, leur permet, contrairement au sexe féminin, d'être montré partiellement et de percuter ainsi à coup sûr le champ visuel des congénères recherchés. Là aussi, l'industrie du sous-vêtement tire son profit, notablement remarqué avec la firme Wonderbra et le mannequin Eva Herzigova. Cette stimulation est aussi recherchée dans les concours de tee-shirts mouillés.

Le potentiel d'attraction du décolleté est géré par nombre de femmes entre un besoin de séduction et la bonne convenance sociale. Au-delà de l'intérêt pour la séduction personnelle, les seins sont utilisés comme attracteur visuel dans d'innombrables publicités (parfums, produits de beauté, diététique, etc. ), et spectacles, ou concours. Cette vision est , à des degrés divers, remise en cause par la majorité des écoles féministes qui considèrent qu'elle infériorise et fait percevoir la femme essentiellement comme objet de convoitise/ou cible marchande. L'utilisation du sein comme attracteur visuel n'est pas un fait récent. Tout autant dans la sculpture que dans la peinture et les mosaïques les plus antiques, les seins ont probablement permis aux artistes de capter le regard de chacun pour quelquefois d'amener ensuite l'observateur vers un autre niveau de lecture.

On peux aussi utiliser les seins à une fin sexuelle : la «cravate de notaire» (aussi vulgairement nommée «branlette espagnole») qui consiste à mettre le pénis entre les seins ainsi qu'à faire des va et viens successif pour créer du plaisir jusqu'à arriver à l'orgasme.

Scandales

Des affaires scandaleuses pour les uns ou «coup de pub» notoires pour les autres sont désormais courants dans les retransmissions télévisées. Affaires médiatiques organisées ou maladresses non-voulues, ces vidéos, images, font l'objet de records sur les moteurs de recherche sur internet. Citons :

Chez l'homme

Partie charnue du thorax, les seins sont normalement atrophiés chez l'individu mâle, sauf modification hormonale : particulièrement fréquente chez les bodybuilders ou par patrimoine génétique. La fonction érotique d'une poitrine musclée masculine ou des muscles pectoraux est présente au même titre qu'une poitrine féminine.


Pathologie

La gynécomastie masculine est le pendant de l'hypermastie féminine. C'est un développement excessif des glandes mammaires dont la cause peut être congénitale ou due à une maladie, à une tumeur ou à la prise de certains médicaments.

Représentation artistique

Icône de détail Article détaillé : Représentation artistique du nu.

Les seins sont de tous temps, un objet de fascination et de représentation de la femme dans l'art antique et contemporain.


Notes et références

  1. (en) My Boob Site» Blog Archive» Biggest Boobs in Britain
  2. (en) People. co. uk - RECORD BREAKKERS!, article datant du 11 décembre 2005

Références bibliographiques

  • Damien Baldin, Histoire du Sein, Éditions du Sandre, 2005.
  • Béatrice Maillard-Chaulin, Journal d'un Sein, Corsaire.
  • Claude-François-Xavier Mercier de Compiègne, Éloge du sein des femmes Ouvrage curieux. [1]
  • Jean-Claude Kaufmann, Corps de femmes, regards d'hommes. Sociologie des seins nus, Éditions Pocket, Paris, 2001 — (ISBN 2-266-10980-4) .

Voir aussi

Fonction érotique
autres

Liens et documents externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Sein.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 31/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu