Greffe cutanée

La greffe ou transplantation cutanée est l'utilisation d'un morceau de peau pour recouvrir une plaie, soit dans un but de cicatrisation par le tissu apporté, soit comme pansement.



Catégories :

Traitement chirurgical en dermatologie - Transplantation médicale - Traitement de chirurgie plastique - Chirurgie plastique - Médecine esthétique

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La greffe cutanée est le moyen de couverture le plus utilisé sous forme de peau mince ou de peau totale au... Par contre, la greffe de peau totale donne un résultat fonc-.... technique consiste à mobiliser trois lambeaux locaux et un... (source : books.google)
  • Une fois le péritendon lésé, la greffe cutanée est contre-indiquée et le choix du ... Choix ; Technique ; Indication ; Traitement ; Chirurgie plastique... (source : cat.inist)

La greffe ou transplantation cutanée (ou greffe de peau) est l'utilisation d'un morceau de peau pour recouvrir une plaie, soit dans un but de cicatrisation par le tissu apporté, soit comme pansement.

Suivant l'origine du greffon on parle de prélèvement autologue (fait sur le receveur lui-même) ou de prélèvement hétérologue (fait sur une autre personne que le receveur).

Elle doit être distinguée des transplantations comprenant d'autres tissus comme la transplantation de visage : la présence de tissu sous-cutanée, de vaisseaux et de muscle nécessite alors la recherche d'une compatibilité entre donneur et receveur et la mise en route d'un traitement anti-rejet à vie avec les risques et les contraintes que cela incombe.

Les différents types de greffe

Prélèvement d'un greffon cutanée sur la cuisse
Greffon mis en place sur une cheville

Greffes en filets autologues

Les tissus utilisés proviennent du patient lui-même. Ce sont des morceaux de peau restés intacts chez le patient qui sont utilisés pour soigner les zones endommagées. La greffe en filet consiste en un cisaillement de l'échantillon de peau afin d'obtenir une sorte de filet. Cela permet d'augmenter la surface couverte par l'échantillon de peau d'environ trois fois.
Le principal avantage de ce type de greffe est de permettre de réaliser une greffe permanente sans risque de rejet puisque c'est la propre peau du patient qui est greffée. Malgré tout, cette technique peut quelquefois être limitée par le manque de sites donneurs face aux sites endommagés, le patient n'ayant pas de zone de peau suffisamment saine donnant la possibilité le prélévement.

Greffes en filets allogéniques

La même technique d'augmentation de la surface prélevée est utilisée ici, mais c'est un prélèvement qui provient d'un tiers ayant autorisé le prélèvement de ces organes. Le greffon est prélevé comme pour tout don d'organe sur un cadavre humain.
L'avantage de cette technique est de pouvoir disposer de grandes surfaces de peau rapidement et sans traumatisme supplémentaire pour le patient. Sa seule utilisation envisageable est malgré tout limitée à un rôle de pansement évitant les infections. En effet, ces échantillons de peau provenant d'un corps étranger, un phénomène inévitable de rejet va s'installer. Ce n'est par conséquent qu'une solution temporaire. En contre partie, il ne nécessite ni recherche d'une compatibilité entre donneur et receveur, ni traitement anti-rejet.

Xénogreffes

La technique des xénogreffes consiste à prélever les greffons nécessaires chez des animaux. Le porc est spécifiquement intéressant car sa peau présente une structure comparable à celle d'un être humain.
Son avantage est comme dans le cas des greffes allogéniques la possibilité d'obtenir de grandes surfaces rapidement. Qui plus est , ce type de greffe présente un coût de production moindre que les filets allogéniques. Le phénomène de rejet est par contre plus rapide et agressif du fait de la forte immunogénicité de ces greffons.

Greffes de feuillets épidermiques autologues

Ce type de greffe utilise des techniques de culture cellulaire afin d'obtenir une surface de peau suffisante à partir d'un petit échantillon prélevé chez le patient lui-même. Cette technique est utilisée pour les brûlures du deuxième degré profond et les brûlures du troisième degré recouvrant plus de 50% de la surface corporelle.
Cette technique présente l'avantage de créer un remplacement permanent de la peau. Une surface de plusieurs mètres carrés peut être obtenue, après culture, à partir d'uniquement quelques centimètres carrés de tissus. Point négatif, seul l'épiderme est reproduit dans ce cas. Cela a pour conséquence de ne pas redonner à la peau toutes ses propriétés mécaniques d'origine. Ainsi la nouvelle structure génèrée est moins résistante aux chocs ainsi qu'aux expositions solaires. Qui plus est , son élasticité est moindre et il est observé la naissance de cicatrices hypertrophiques. C'est uniquement quatre ou cinq ans après la greffe que la formation d'une nouvelle structure dermique apparaît. Enfin, le principal inconvénient de cette technique réside en la durée indispensable à l'obtention d'un nouveau feuillet. Cela est de l'ordre de trois à cinq semaines, laissant le patient sans protection.

Voir aussi

Sources

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Greffe_cutan%C3%A9e.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 31/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu