Greffe

En médecine, une greffe ou transplantation est une opération chirurgicale consistant à remplacer un organe malade par un organe sain, nommé greffon ou "transplant" et provenant d'un donneur.



Catégories :

Transplantation médicale - Immunologie - Traitement chirurgical

Recherche sur Google Images :


Source image : www.artbible.net
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Greffon, pousse d'un arbre qu'on ente sur un autre pour qu'il produise les fleurs et fruits de cet arbre; Transplantation d'un organe provenant d'un donneur dans l'organisme d'un receveur; Organe greffé (source : fr.wiktionary)

En médecine, une greffe ou transplantation est une opération chirurgicale consistant à remplacer un organe malade par un organe sain, nommé greffon ou "transplant" et provenant d'un donneur. La différence entre transplantation et greffe est que la première est réalisée avec une anastomose chirurgicale des vaisseaux sanguins nourriciers et/ou fonctionnels, tandis que la seconde est avasculaire. Font par conséquent l'objet de transplantations les organes (généralement)  : cœur; poumon, foie, reins, ... Les greffes concernent la cornée, la moëlle, ... En conséquence, parler d'une greffe cardiaque est un abus de langage, et un non-sens sur le plan médical.

Types de greffes

Les types de greffes peuvent être classés suivant l'origine du greffon :

Organes greffés

Les transplantations les plus habituelles sont les transplantations du rein. On pratique aussi des transplantations du foie, du cœur, du poumon, du bloc cœur/poumon, du pancréas et plus rarement de l'intestin. On sait aussi greffer des tissus : cornée, os, valves cardiaques ou vaisseaux sanguins, de la mœlle osseuse. Il existe aussi des techniques expérimentales de transplantations de tissus composites (main, partie du visage).

Certaines transplantations permettent de sauver une vie, d'autres d'éviter de lourds traitements (la transplantation du rein permet par exemple d'éviter la dialyse).

Il doit exister une certaine compatibilité immunologique entre le receveur et l'organe transplanté pour diminuer le risque de rejet (réaction du dispositif immunitaire du receveur contre l'organe transplanté ou greffé pouvant conduire à la destruction de ce dernier). Au minimum, une compatibilité au niveau du groupe sanguin est requise. La meilleure correction envisageable, quant au groupe HLA, reste souhaitable, même si elle est moins impérative..

La transfusion sanguine n'est pas reconnue comme une greffe car elle ne pose pas les mêmes problèmes : le sang du donneur n'exige qu'une compatibilité de groupe sanguin et aucun traitement immunosuppresseur n'est requis, les éléments sanguins transfusés n'étant là que pour permettre au patient de passer un cap et étant progressivement remplacés par ceux de ce dernier.

Une fois greffé, l'organisme du receveur considère le nouvel organe comme un objet étranger. Le malade doit par conséquent suivre un traitement immunosuppresseur à vie pour éviter le rejet du greffon (sauf pour les valves cardiaques, qui sont traitées avant la transplantation pour ne pas susciter de rejet, et la cornée).

Prélèvement d'organe

Icône de détail Article détaillé : Don d'organe.

Les organes sont prélevés sur les sujets en état de mort encéphalique, en arrêt cardiaque définitif, ou occasionnellement(rein, portion de foie, lobe pulmonaire) sur une personne vivante. En France, le don d'organes repose sur le principe du consentement présumé : chaque individu est reconnu comme un donneur potentiel à moins de s'y être opposé de son vivant. En pratique, quand un prélèvement d'organes est envisagé, si l'équipe médicale n'a pas directement connaissance de la volonté du défunt (autrement dit s'il n'est pas inscrit sur le registre national des refus), elle doit s'efforcer de recueillir auprès de ses proches son opposition au don d'organes peut-être exprimée de son vivant.

À partir d'un donneur vivant

Une personne en bonne santé a la possibilité de donner un organe de son vivant. C'est le cas par exemple du rein, d'une partie du foie ou particulièrement rarement du poumon. On peut en effet vivre en bonne santé avec un seul rein, une partie du foie (car c'est un organe qui se régénère rapidement) ou une partie des poumons.

Ce don n'est envisageable que si le donneur est majeur et particulièrement proche génétiquement du receveur. La loi de bioéthique fixe la liste des personnes qui peuvent donner un organe de leur vivant. Cette liste est constituée par la famille proche (père, mère, conjoint, frères et sœurs, enfants, grands-parents, oncles, tantes, cousins germains, conjoint du père ou de la mère), mais aussi toute personne ayant vécu pendant au moins deux ans avec le receveur.

Les transplantations issues de donneur vivant les plus habituelles concernent le rein, le risque pour le donneur étant extrêmement faible. Elles présentent en outre plusieurs avantages pour le receveur : elles fonctionnent généralement mieux et plus longtemps que les greffes de rein à partir de donneur décédé. En outre, elles permettent de raccourcir ou de supprimer la période complexe d'attente en dialyse, ce qui comporte des avantages énormes sur les plans familiaux, personnels et professionnels. Pour le foie et le poumon, les risques pour le donneur sont bien plus importants.

La vente d'organes

La vente d'organes est strictement interdite en France, elle est reconnue comme un délit. C'est punie par la loi. Tout contrevenant risque sept ans de prison et 100 000 € d'amende. Le don et la greffe d'organes sont en France l'activité médicale la plus réglementée, dont l'organisation est encadrée par l'Agence de la biomédecine.

Sur le plan mondial, quoique posant un problème d'éthique et de sécurité sanitaire, c'est une pratique qui se développe : près de 5 % des transplantations seraient faites sur cette base[1] (achat d'un organe d'un «donneur», principalement issu d'un pays pauvre). Près de 10 % des greffes de rein au niveau mondial se feraient aussi par ce biais[2].


Sur patient après arrêt cardiaque définitif

Sous certaines conditions bien précises (contraintes temporelles surtout) les organes (rein, foie, poumon) de personnes en arrêt cardiaque et respiratoire définitif peuvent être prélevés. On sait actuellement que les résultats des greffes de ces organes sont aussi bons que ceux provenant de donneurs en mort encéphalique. Des programmes de ce type ont démarré en France fin 2006. On estime qu'ils pourraient conduire à augmenter d'environ 30% le nombre de greffons disponibles.

Le décès est prononcé après deux à cinq minutes de constatation de l'arrêt cardiaque. Le prélèvement est alors effectué parfaitement le plus tôt envisageable (dans la demi-heure pour le foie, dans l'heure pour les reins) [3].

Le donneur peut être aussi décédé depuis quelques heures (don de cornée).

Historique

Bilan des greffes

Classement national du nombre d'organes prélevés sur des donneurs cadavériques par millions d'habitants en 2004 (Source : Agence de la biomédecine).

4 237 greffes d'organes solides ont été réalisées en France en 2005. Dans le même temps, près de 12 000 malades ont eu besoin d'une transplantation. Autres données : 1 371 sujets ont été prélevés durant la même période en France (un donneur donnant en règle plusieurs organes), mais le nombre de donneurs potentiels atteint plus du double. Ce déséquilibre entre offre et demande n'est pas propre à la France : En 2006, en Grande-Bretagne, près de 3 000 transplantations ont été faites tandis que la liste d'attente comporte plus du double de patients[12].

La cause principale de non-prélèvement est l'opposition de la famille dans près d'un tiers des cas.

Ces chiffres illustrent un phénomène problématique : celui de la pénurie. En effet, le nombre d'organes donnés ne suffit pas à couvrir les besoins. Ainsi, de nombreux malades se retrouvent en liste d'attente et patientent plusieurs mois ou alors plusieurs années avant de recevoir la greffe salvatrice. De nombreux malades décèdent avant d'avoir pu être greffés.

Compte tenu de ses avantages, la transplantation de rein à partir d'un donneur vivant progresse depuis quelques années. La France reste particulièrement en retrait comparé à d'autres pays (Norvège, USA, etc. ). Compte tenu des faibles risques encourus par les donneurs, les questions éthiques qu'elle soulève sont moins aigues que pour le foie ou le poumon.

La recherche se tourne vers la xénogreffe, surtout à partir du cochon. L'objectif est de modifier les gènes de l'animal pour que ses organes ne soient pas rejetés immédiatement, mais d'autres risques sont afférents, surtout de transmission de virus de l'animal à l'homme.

Les résultats du graphique prouvent que les choix de société et le volontarisme politique peuvent avoir un grand impact sur le nombre de greffes réalisées dans un pays.

Les résultats des greffes se perfectionnent régulièrement, c'est actuellement une technique fiable et validée. Certains greffés le sont désormais depuis près de 40 ans, ce qui leur a permis de vivre quasiment l'intégralité d'une vie.

Chiffres

En 2007, en France, selon l'agence de Biomédecine


Organes greffés en 2007 sur 4664 personnes, selon l'agence de Biomédecine en France

  • Cœur : 366 soit 5, 7%
  • Cœur-poumons : 20 soit 0, 43%
  • Poumons : 202 soit 4, 33%
  • Foie : 1060 soit 22.72%
  • Rein : 2911 soit 62, 4%
  • Pancréas : 99 soit 2, 12%
  • Intestin : 6 soit 0.13%

Le rein est par conséquent la 1e opération de greffe réalisée en France avec 2911 patients greffés en 2007, soit 62, 4% des greffes. La greffe d'intestin reste anecdotique avec 6 interventions réalisées en 2007.

Greffés célèbres

Notes et références

  1. Dobson R, WHO reports growing commercial trade in transplant organs, BMJ, 2007;335 :1013
  2. Garwood P, Dilemma over live-donor transplantation, Bulletin of the World Health Organization, 2007;85
  3. Bernat JL, D'Alessandro AM, Port FK, Report of a National Conference on Donation after Cardiac Death, American Journal of Transplantation, 2006;6 :281-291
  4. Strome M, Stein J, Escalmado R, et als. Laryngeal transplantation and 40-month follow-up, N Engl J Med 2001;344 :1676-1679
  5. Dubernard JM, Petruzzo P, Lanzetta M, et als. Functional result of the first human double hand transplantation, Ann Surg, 2003;238 :128-136
  6. Hu W, Lu J, Zhang L, et als. A preliminary report of penile transplantation, Eur Urol, 2006;50 :851-853
  7. Rose K-G, Sesterhenn K, Wustrow F, Tracheal allotransplantation in man, Lancet, 1979;1 :433
  8. Alain Wurtz, Henri Porte, Massimo Conti et Als. Tracheal Replacement with Aortic Allografts, New Eng J Med, 2006;18;355 :1938-1940
  9. Martinod E, Seguin A, Holder-Espinasse M, Kambouchner M, Duterque-Coquillaud M, Azorin JF, Carpentier AF. Tracheal regeneration following tracheal replacement with an allogenic aorta. Ann Thorac Surg 2005;79 :942-9
  10. Macchiarini P, Jungebluth P, Tetsuhiko Go et Als. Clinical transplantation of a tissue-engineered airway, Lancet, 2008;372 :2023-2031
  11. Une greffe des deux bras réalisée pour la première fois, AFP et Libération, vendredi 1 août 2008
  12. Dobson R. Number of UK patients awaiting a transplant reaches record high. BMJ 2007;334 :920-921

Liens externes


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Greffe_(m%C3%A9decine).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 31/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu