Chirurgie plastique / Chirurgie esthétique

La chirurgie plastique est une spécialité chirurgicale qui répare ou remodèle une structure tégumentaire ou une forme du corps humain.



Catégories :

Chirurgie plastique - Médecine esthétique

Recherche sur Google Images :


Source image : www.taxiclic.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Chirurgie esthétique et greffe de cheveux. CENTRE DE CHIRURGIE ET DE MEDECINE ESTHETIQUES DR ELISE BERNIER. Rides, silhouette, peau, poils et cheveux.... (source : montrealmontreal)
  • La chirurgie plastique est une spécialité chirurgicale s'occupant de la forme... Soins aux brûlés surtout les greffes de peau et les retouches de la peau... (source : femmezoom)

La chirurgie plastique est une spécialité chirurgicale qui répare ou remodèle une structure tégumentaire ou une forme du corps humain[1] (ou animal en chirurgie vétérinaire). Touchant presque l'ensemble des régions anatomiques, exceptés l'intérieur du crâne, du thorax et de l'abdomen, son champ d'action est vaste. Ses grands champs d'activités sont : chirurgie esthétique, chirurgie de la main, chirurgie crânio-faciale, chirurgie des brûlés, chirurgie reconstructive et chirurgie plastique pédiatrique


Tumeurs de la peau et des tissus mous

Infections et nécroses de la peau et des tissus mous

Reprise de cicatrices

Reconstructions/Changement d'aspect

  • Du sein surtout : suite à une mastectomie, pour une hypertrophie mammaire, cure de ptose - comme les seins qui tombent de manière inesthétique suite à une perte de poids importante ou après plusieurs grossesses
  • Faciale (après traumatismes par exemple)
  • Abdominale (après grossesses, perte de poids importante, malformation de type diastasis des muscles abdominaux)
  • Comblement de pertes de substance (après exérèse de tumeurs ou post-chirurgie délabrante)

Soins aux brûlés

  • Pansements en stérile pour les brulés en attente de greffe de peau
  • Greffes de peau pour remplacer celle brulée
  • Retouches de la peau greffée (section des brides éventuelles qui limitent les capacités de mouvements)

Chirurgie de la main

Ce domaine est partagé avec la chirurgie orthopédique.

  • Amputation
  • Kystes synoviaux
  • Traitement du syndrome du canal carpien
  • Lésions des tendons fléchisseurs[1]
  • Lésions des tendons extenseurs
  • Replantation
  • Revascularisation
  • Microchirurgie nerveuse
  • Lésions des poulies
  • Transferts tendineux, réhabilitation des tétraplégies

Chirurgie esthétique

La chirurgie esthétique n'est qu'une des nombreuses applications de la chirurgie plastique.

Correspondant à une demande de la personne qui souhaite y avoir recours, la chirurgie esthétique n'est motivée ni par une pathologie ni par ses séquelles, mais par les conséquences morphologiques du vieillissement (exemples : lifting cervico-facial, resurfaçage cutané par laser, blépharoplastie, calvitie, ptose mammaire, etc. ), de la grossesse (ptose mammaire, plastie abdominale), ou de disgrâces acquises ou constitutionnelles non pathologiques (exemples : rhinoplastie, implants mammaires, lipoaspiration). Elle comprend des actes thérapeutiques effractifs (autrement dit chirurgicaux) et non effractifs (autrement dit médicaux). Non pris en charge par les organismes sociaux, ces actes doivent être effectués en France dans le strict respect de la loi Kouchner de mars 2002 et de ses décrets d'application et circulaires de 2005, par des spécialistes autorisés par la loi, dans des structures agréées.

La chirurgie esthétique ne peut être pratiquée que par des chirurgiens compétents dans le territoire anatomique de leur spécialité (par exemple paupières par un chirurgien ophtalmologiste, ou rhinoplastie par un chirurgien ORL). Les actes médicaux à visée esthétique ne peuvent être "effractifs" selon la définition de l'Académie de Médecine (qui définit l'acte "chirurgical" comme «un acte médical effractif, à visée diagnostique ou thérapeutique, dont la réalisation est confiée à un membre d'une profession médicale ayant été dûment constitué et validé dans une spécialité chirurgicale officielle, acte effectué dans les conditions réglementaires en vigueur») et ne peuvent introduire dans l'organisme, par effraction ou injection, de matériels ou de substances non résorbables. Ces actes médicaux ne peuvent être peut-être pratiqués que par les mêmes chirurgiens ou par les médecins spécialisés en dermatologie. Seule la qualification hospitalo-universitaire et ordinale (conseil de l'Ordre des médecins) donne le droit d'exercice, les diplômes d'université n'étant que des formations complémentaires.

Chirurgie cranio-faciale

Domaine s'intéressant au traitement ainsi qu'à la reconstruction des traumatismes et des malformations congénitales impliquant entre autres le crâne, les orbites, le maxillaire et la mandibule. Chez l'enfant, cela peut impliquer le remodelage de la voute crânienne, la chirurgie fronto-orbitaire, la chirurgie orthognatique et la réparation de fissures labio-palatines. Chez l'adulte, cela implique quelquefois le traitement de cancers ORL, mais en particulier la reconstruction du visage post résection oncologique et le traitement des fractures faciales.

Liste non exhaustive

Dimension psychologique du changement d'aspect

L'image de soi est un élément important de l'équilibre psychologique. L'apparence conditionne en effet le premier jugement qu'on se fait d'une personne, le regard de l'autre est un «reflet».

La chirurgie plastique a par conséquent un grand rôle dans la guérison de maladies ou d'accidents défigurants.

Mais elle peut aussi être voulue non pas comme soin réparateur, mais par volonté de changer d'apparence. C'est alors un problème qui peut être complexe : une personne est-elle «mal dans sa peau» parce que son apparence ne correspond pas à son idée, ou bien la personne attribue-t-elle son mal-être à son apparence tandis qu'il y a une autre cause ?

C'est le concept du corps écran où l'aspect physique décrit et vécu comme une difformité qui cache en fait un lourd problème psychologique, c'est aussi en psychiatrie ce qu'on appelle la dysmorphophobie.

La cicatrisation dirigée

Les pertes de substances (morceaux de chair ayant disparu) causée par la chirurgie ne sont pas toujours remplacées pour diverses raisons. On laisse alors la peau se reconstituer seule, uniquement facilitée par quelques pansements qui protègent la zone en cours de cicatrisation contre d'éventuelles infections. Dans une faible mesure, ces pansements peuvent diriger la cicatrisation.

Les greffes cutanées

Les greffes le plus fréquemment pratiquées sont les auto-greffes, c'est-à-dire que la peau est prélevée sur le patient et utilisée sur ce même patient. On dispose de plusieurs épaisseurs de coupe envisageable pour la peau.

  • La greffe de peau mince : on prélève avec une sorte de rasoir géant l'épiderme et la partie superficielle du derme, car seules les cellules basales de l'épiderme peuvent survivre et se multiplier : pour les emporter, il faut prendre une partie du derme sous-jacent. La cicatrisation de la zone donneuse se fait à partir des enclaves épidermiques du derme (follicules pileux, glandes sébacées et sudoripares).
  • La greffe de peau mince en filet : selon le même procédé que auparavant, mais au lieu de poser la peau directement sur l'endroit à couvrir, on perfore le greffon de peau pour lui donner un aspect de mailles qui sera ainsi extensible.
  • La greffe de peau totale : toute l'épaisseur de la peau est emportée, le prélèvement se fait par section au bistouri d'une certaine surface de peau. La surface donneuse est alors suturée (on referme la plaie créée en suturant les deux bords de la plaie), car elle ne peut plus cicatriser d'elle-même. Le lambeau de peau récupéré est alors débarrassé de la graisse de l'hypoderme pour que le greffon ait le plus de chance d'adhérer à la surface receveuse.


Icône de détail Article détaillé : Greffe cutanée.

Les lambeaux

Les lambeaux sont des déplacements de peau et/ou de tissu mou et des structures vasculaires les alimentant vers un site receveur.

  • Les lambeaux translation : la peau est sectionnée jusqu'a une certaine profondeur de façon à conserver son réseau vasculaire. Puis par rotation ou translation du site donneur sur le site receveur, on comble une perte de substance. Cette technique n'est applicable qu'à des lambeaux de peau et non aux lambeaux de parties molles.
  • Les lambeaux pédiculés : selon le même procédé que auparavant, à la différence que la peau, les tissus mous sous jacents ou alors les muscles plus en profondeurs peuvent être déplacés en prenant comme point de rotation l'axe vasculaire (artère + veine) alimentant le lambeau.
  • Les lambeaux libres : le lambeau et son pédicule vasculaire sont individualisés et transportés sur un site receveur localisé à distance du site donneur et le lambeau est branché sur un axe vasculaire localisé dans la région receveuse.

Illustration : le lambeau chinois (ou chinese flap), utilisé pour les reconstructions de la face. Il consiste à prélever un lambeau sur l'avant-bras, en prélevant la peau, les tissus sous-jacents, l'artère et la veine les alimentant, à les brancher sur des artères et veines du cou. On suture ensuite les lambeaux de façon à combler une perte de substance sur la face. On peut lors de cette opération combler la perte de substance de l'avant-bras par un greffon de peau totale provenant du ventre. Il en résulte une mini plastie abdominale avec greffe de peau totale, lambeau libre et chirurgie vasculaire. Autre exemple le Lambeau DIEP (Deep Inferior Epigastric Artery Perforator Flap), le lambeau est prélevé sur la partie inferieure de l'abdomen pour reconstruire le sein le plus fréquemment  : qu'est ce que lambeau DIEP ?

Traitement des grands brûlés

On entend par grand brûlé une personne ayant plus de 50% de la surface corporelle brûlée de manière superficielle ou plus de 15% brûlée de manière profonde. Ces cas sont des urgences vitales pour plusieurs raisons :

  • Ces patients ont des pertes hydriques particulièrement importantes car la peau brûlée n'est plus imperméable, que ce soit pour les entrées ou les sorties de substances
  • Ces patients sont privés d'une barrière principale à la protection face aux organismes pathogènes (bactéries)

La première urgence est de rétablir l'équilibre hydro-électrolytique en leur évitant la déshydratation et la fuite des sels minéraux.

On greffe ensuite sur le patient de la peau d'origine animale, qui sera rejetée par les défenses immunitaires de celui ci mais qui servira, durant quelque temps, de pansement biologique. Ce laps de temps sera exploité pour faire de la culture cellulaire. En effet, des cellules de peau du patient sont prélevées et envoyées dans l'unique laboratoire capable de faire de la culture «industrielle» de peau localisé aux États-Unis. Une fois la surface de peau requise cultivée, le patient est greffé avec cette peau cultivée et reconnue comme du «soi» par ses défenses immunitaires.

Le résultat n'est en rien miraculeux, on ne rétablit que la fonction de barrière de la peau. L'aspect esthétique et fonctionnel (capacité de mouvements) sont moins probants.

Les brûlures cutanées chez l'enfant

Voir aussi

Liens externes


Références

  1. Syndicat National de Chirurgie Plastique Reconstructive et Esthétique

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Chirurgie_plastique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 31/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu